Visuels produits


Visuels - Nos conseils de réussite

Les journalistes ont besoin de visuels très différents pour illustrer leurs travaux rédactionnels. Ils utilisent ainsi des photos composites (plusieurs objets assemblés digitalement) pour transmettre une humeur ou un sentiment, des photos sans détourage (montrant le produit seul sur fond blanc), ou encore des « tutoriels photos ». Cette dernière catégorie représente les images utilisées pour expliquer l’utilisation ou l’application des produits, publiées dans un contexte rédactionnel. 

Depuis le lancement de notre premier réseau RP en janvier 2000, les exigences liées aux visuels se sont accentuées. Il est important de noter la différence entre une photo destinée à la presse en ligne et une autre à la presse papier. Les conseils donnés ci-dessous vous expliquent la marque à suivre afin de donner envie aux journalistes de parler de votre marque plutôt que d'une autre. Une chose essentielle est de définir le type de média que vous souhaitez cibler avant de réaliser les séances photos. De cette manière, vous pourrez proposer un matériel presse adapté à leurs besoins et ainsi augmenter votre taux de publication.

Ce sont les rédactions les plus connues et les plus exclusives qui ont le plus souvent recours à ces visuels prêts à la publication. Ceci est surtout vrai dans le domaine rédactionnel dont le visuel souligne la qualité artistique. Les restrictions budgétaires font apparaître une nouvelle tendance qui consiste à utiliser les photos sans détourage en bonne qualité. C’est pourquoi vous trouvez de plus en plus de photos produits sous ce format sur les pages des magazines. Elles sont d’ailleurs soit disposées les unes à côté des autres (ce format facilite la mise en page et le montage des visuels), soit seules pour faire ressortir le produit.

En résumé : les photos sans détourage sont un must – elles sont toutes utilisées par les rédactions pour éviter les frais de séances photos.

Les hebdomadaires ont un budget photo très limité et ont toujours utilisé un matériel presse externe. Les photothèques représentant un coût budgétaire, ils sont en constante recherche de matériel presse gratuits. Ils utilisent les photos composites – par exemple, un nettoyant pour le corps placé à côté d’un fruit ou d’une fleur – pour différencier les pages entre elles et les rendre plus colorées.

En résumé : Qui souhaite atteindre la presse hebdomadaire ou des rédactions très visuelles dans leur présentation, doit proposer en plus des images sans détourage, des photos composites pour que les pages restent colorées et donnent envie d'être consultées.

 

Les tutoriels photos génèrent souvent gros titres et articles, mais les médias ont rarement les moyens financiers de les produire et utilisent souvent les tutoriels photos avec différents modèles et différentes sources photos. Le résultat apparaissant parfois comme un puzzle d’images. C’est d’ailleurs ce qui plaît chez presque tous les quotidiens, les tabloïdes, ou les hebdomadaires qui sont donc intéressés par les matériels presse à visée rédactionnelle et pourvus d’un storytelling cohérent. Les photostories mises en ligne sur nos portails enregistrent régulièrement les plus forts taux de consultation. Une évolution en constante augmentation chaque année. Ceux qui en ont compris l’importance, doublent dans l’ensemble leur taux de téléchargement et de consultation des pages.

En résumé : Faire et proposer ses propres photostories en vaut la peine – elles seront largement publiées et utilisées.

De nombreuses entreprises aimeraient se différencier par des clichés artistiques travaillés entre ombre et lumière, et recourant à des moyens stylistiques novateurs pour souligner leur unicité et leur qualité. Elles prennent alors le risque de ne pas correspondre au goût de l’éditeur ou au style photo de la rédaction, et donc de ne pas apparaître dans les publications.

En résumé : les photos trop artistiques ne conviennent pas à toutes les rédactions. Elles sont de ce fait peu publiées.

 

Etant donné les quantités de matériels presse qui les inondent, les journalistes se retrouvent régulièrement confrontés au problème de place sur leur serveur de boite mail mais aussi pour l’archivage des documents. Ils ont alors des difficultés à retrouver quelles sont les informations presse les plus actuelles, et à quels textes et à quelles sources les rattacher. C’est pourquoi, ne les retrouvant plus, ils doivent constamment demander aux équipes RP de leur retransmettre les photos dont ils ont besoin.

En résumé : CDs ou clefs USB sont souvent perdus et accumulés sur un coin du bureau. Ils représentent non seulement un coût onéreux, mais également une forme de pollution environnementale et sont de plus en plus refusés par les rédactions. Les bases de données digitales favorisent au contraire la rapidité de la recherche d’information (cf. plus bas).

L’envoi digital de matériel photo et de communiqués de presse a dramatiquement augmenté ces dernières années, si bien que les journalistes viennent difficilement à bout de leur flot d’emails. Vous obstruez leurs boites postales, leur prenez du temps et ne les aidez pas vraiment à gagner en efficacité. Ils perdent alors du temps à archiver les informations et à les retrouver quand ils en ont besoin.

En résumé : les lourds fichiers envoyés en pièce-jointes et contenant les matériels presse en haute résolution sont de plus en plus proscrits.

Les bases de données digitales permettent aux rédactions de trouver rapidement et de façon ciblée les informations recherchées, et rendent de ce fait leur travail rédactionnel quotidien optimal. Vous faites partie de leurs outils de recherche préférés, si vous remplissez les critères suivants :

• Pas de publicité
• Accès sécurisé par mot de passe, utilisable seulement dans un but rédactionnel
• Utilisation gratuite du matériel presse en haute et basse résolution avec droits d’utilisation (Copyrights)
• Fonction de recherche facile et optimale pour images et textes
• Mise à disposition d’informations secteurs et d’un large éventail de marques

En résumé : la plupart du trafic et des téléchargements ont lieu sur les plateformes digitales B2B – elles constituent la manière la plus efficace qui soit pour diffuser et archiver les données digitales.