15 ans de beautypress : une histoire à succès


15 ans de beautypress : une histoire à succès

„L’intuition est souvent minorée. Celui qui ne fait pas confiance à sa petite voix intérieure, n’atteindra jamais le succès.“
(Arianna Huffington, entrepreneur dans les médias et auteure)

Pionner au sein des portails de relations presse, beautypress compte aujourd’hui parmi les numéros 1 du secteur. Cela n’est pas arrivé du jour au lendemain, mais est le fruit de 15 années de labeur, de développement et de veille constante sur les besoins des marques de cosmétiques et de la presse spécialisée comme généraliste.

C’est pendant l’été 1999 que l’idée de proposer une offre complète de services numériques pour les relations publiques de marques de cosmétique est venue à Gabriele Fuchs. Mais comment savoir si un client serait prêt à payer pour que ses dossiers de presse et ses banques d'images soient mis en ligne sur beautypress.de ? Malgré cette interrogation, la fondatrice visionnaire allait investir dans une infrastructure IT professionnelle. Finalement, ses doutes furent rapidement mis de côté et sa conviction de la réussite de son projet pris le pas. Elle aurait probablement longuement regretté de découvrir plus tard que quelqu’un était en train de réaliser, à sa place, l’idée qu’elle avait en tête.

Naturellement, certains étaient sceptiques quant au concept de confier une partie de leurs relations presse et de la promotion de leurs produits à un portail internet. Et pourtant deux grandes marques se sont rapidement montrées intéressées par le concept de Gabriel Fuchs : Lancaster (aujourd’hui appartenant à COTY) et OralB (aujourd’hui partie de Procter & Gamble) ont été les premiers clients de beautypress. Avec ses deux références en poche, elle partit à la conquête de nouveaux clients et se concentra tout d’abord sur les marques prestigieuses du secteur du luxe. Au cours de la première année, après un démarrage technique en douceur - avec 128 journalistes Early Adopters enregistrés dans la liste de diffusion - le portefeuille de marques de beautypress comptait déjà plus de 35 marques.

Le nombre de rédacteurs et pigistes a progressé à pas de géant au cours des années qui ont suivies, à l'heure actuelle plus de 2300 utilisateurs en Allemagne, Autriche et Suisse sont inscrits sur la plateforme.

„Qui parie sur l'innovation, doit être prêt à être pris pour un fou.“
(Larry Ellison, fondateur d‘Oracle)

La chef d’entreprise garda sa vision stratégique à long terme, et réinvestit plus de 15% du chiffre d’affaires dans son entreprise digitale afin de respecter dans la course effrénée de la modernité. L’idée de concevoir un portail internet orienté à l’international lui vint vite. Elle se hâta de réserver les noms de domaine qui l’intéressaient : beautypress.de, beautypress.at, beautypress.ch et bien sûr beautypress.com.

En 2006, beautypress.de dépassa le cap des 250 marques (aujourd’hui plus de 400), parmi lesquels on compte de grandes entreprises, de moyennes entreprises, des marques de niches, des grandes halles et des organisations. Un an plus tard, en 2007, fût lancée le portail-soeur nommé livingpress, spécialisé dans art de vivre, lifestyle. En 2008, suivit le portail medicalpress orienté sur la branche santé, bien-être.

À la conquête de l’Ouest. Il ne fallut pas longtemps à Gabriele Fuchs pour lancer beautypress aux Etats-Unis et s’ouvrir à l’immense marché des cosmétiques et des médias que représente ce pays. En février 2009, les premiers journalistes ont rejoint la plateforme. Très rapidement, ce ne sont pas de moins de 1 000 journalistes, tous médias confondus, qui étaient enregistrés sur le portail.

„Il existe encore pire que de lancer quelque chose et d’échouer ; c’est de ne pas prendre le risque de commencer.“
(Seth Godin, auteure des besteller „Linchpin“, „Tribes“ et „The Dip“)

La crise économique qui frappa d’abord les Etats-Unis puis se propagea rapidement dans le reste du monde donna des sueurs froides à Gabriele Fuchs. Beaucoup lui avait suggérer d’attendre un peu pour se lancer en Amérique du Nord. Elle sut rester lucide et confiante.

Le printemps 2011 marqua une nouvelle étape pour beautypress, celle de son lancement sur le marché francophone : en France, Belgique et Luxembourg. Fin 2013, webportalis PR Network GmbH créa son tout dernier portail, fashionpress.de, proposant les dernières actualités du secteur de la mode. En 2015, plus de 10 000 journalistes dans le monde entier sont recensés sur webportalis PR Network GmbH.

Au total, une vingtaine de personnes travaillent dans l’entreprise allemande située à Göppingen (Bade-Wurttemberg). 80% du sexe féminin et la majeure partie ont moins de 30 ans. Depuis la société a à cœur de former de nouvelles recrues soit par l’alternance soit après leurs études supérieures. L’équipe se compose de content manager, rédacteurs, chargés de l’événementiel, responsables commercial. Tous sortent d’une formation de commercial ou d’études secondaires. Par ailleurs, l’entreprise a une réelle portée internationale et proposent 6 langues différentes comme base pour la communication.

La suite ? La branche des relations presse connaît actuellement une croissance de 10% depuis c’est deux dernières années. Ce sont en particuliers les réseaux sociaux, le commerce en ligne et aussi les campagnes de communication print qui cristallisent le plus d’intérêt.

„Les entrepreneurs visionnaires ont le courage pour s’investir dans ce en quoi ils croient.”
(Arianna Huffington, entrepreneur dans les médias et auteure)